DIASPORAMIX
Débats Headline Société

#Cette semaine j’ai retenu 39

Les esclaves africains en Libye. Les images d’un reportage de CNN montrant une vente aux enchères en Libye ont provoqué une vague de protestation que seuls les réseaux sociaux peuvent désormais alimenter. La viralité de certaines prises de position, telle celle de Claudy Siar, aussi connu en Afrique que n’importe quel chef d’Etat grâce à son émission Couleurs Tropicales sur RFI, a permis de mobiliser dès le samedi 18 novembre des milliers de personnes devant l’ambassade libyenne.

Qu’est ce qui favorise l’expression de l’indignation ? La vidéo ? Ces images de CNN ne sont pas les premières sur le sujet. Il y a un an, en 2016, le photographe mexicain Narciso Contreras recevait le Prix Carmignac du photojournalisme pour son reportage en Libye après y avoir passé 73 jours. Du 25 octobre au 13 novembre 2016, il a exposé ses clichés  à l’Hôtel de l’Industrie à Paris sous le titre explicite, « Libye : plaque tournante du trafic d’êtres humains ». Sans ambigüité, ses photos procédaient à une radioscopie de l’horreur organisée par les milices et les groupes criminels autour des centres de rétention. Le trafic humain, la vente d’êtres humains y étaient dénoncés.

Les posts sur facebook ont souvent rappelé que la traite arabo-musulmane précéda la Traite transatlantique. Et c’est vrai. On établit à 652 l’origine historique de cette traite. Le traité de Bakht entre l’émir Abdallah ben Saïd et le roi de Nubie Khalidurat organisait la livraison chaque année de 360 esclaves des deux sexes. Dans son ouvrage « Le génocide voilé » (Continents Noirs – 2008) l’économiste et anthropologue Tidiane N’Diaye revient sur les conséquences génocidaires de ce traité : au-delà de la mise en esclavage, la castration systématique des hommes n’avait pour d’autre but que d’empêcher la procréation. Ce fait explique qu’à la différence de la traite transatlantique qui eut pour conséquence de créer des sociétés diasporiques massives en Amérique, la traite arabo musulmane en éradiqua toute velléité.

La Mauritanie est l’un des derniers pays au monde à avoir aboli l’esclavage… en 1980. Mais il n’est pas le dernier ! Le Pakistan a attendu… 1992, sans toutefois que l’ensemble des règlements permettant l’application de cette loi aient pu être adoptés !

Cette ignominie fait retentir comme un cri, le silence assourdissant des dirigeants et singulièrement celui des chefs d’Etat Africains. Ne sont-ils pas responsables de la situation de leurs pays, pourtant riches et jeunes. Qui blâmer pour le départ massif de ces jeunes gens qui vont chercher ailleurs (en Europe, au Nord) une vie meilleure ? Qui ?

Robert Mugabe (93 ans) accroché à son trône comme une tique à un chien. Depuis 30 ans. Et cette fois le peuple du Zimbabwe est dans la rue, et cette fois (encore !) c’est l’armée qui veut le déloger. L’armée se montrera-t-elle demain digne de la confiance qu’elle inspire aujourd’hui au peuple ?

Sinon, le lundi 20 novembre est O dia da consciencia negra, le jour de la Conscience Noire au Brésil, hommage à Zumbi dos Palmares, chef de guerre, symbole de la lutte anti-esclavagiste, qui régna sur le Nordeste à la fin du 17ème siècle.

Rien de très nouveau sous le soleil de Zumbi ! Le Brésil n’est toujours pas sorti de ce système raciste, qui discrimine. Selon l’Institut Brésilien de Géographie et Statistiques, seuls 5% des 54% des Brésiliens Noirs occupent un poste à responsabilité. Parmi les 10% de Brésiliens les plus riches, 70% sont blancs. 74% des brésiliens noirs composent les 10% les plus pauvres (source Challenges)

Sinon :  en Martinique, les élus de la CTM ont décidé de se donner un temps de réflexion pour décider du sort de la chaudière de l’usine de sucre du Galion. La campagne sucrière démarre au premier trimestre 2018 ! La Galion navigue à vue ! Un mode de navigation comme un autre ?

Re-sinon : je serai en signature pour « Sina et le Secret de la Caraïbe », le samedi 25 novembre 2017, de 16h à 18h, à la Librairie Antillaise de la Galleria.

Bonne semaine

Barbara Jean-Élie

la page facebook de #cette semaine j’ai retenu

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

neuf + trois =

Aller à la barre d’outils