DIASPORAMIX
A la une Débats Headline Société

#Cette semaine j’ai retenu 51

# Cette semaine j’ai retenu 51

Et pendant ce temps-là, les mères de familles, les manman yich, les personnes âgées, ki pa ka kouté la télé é la radio, se sont retrouvées comme d’habitude à pied. Sans bus pour descendre en-ville, ayen, kepouic, depuis mercredi. En cause : le changement de délégataire. Nouvelle cause, nouvelle galère pour les usagers. Trouve Mme Manuela Amable-Potiron, la présidente de l’association des usagers des transports digne et efficace à la tv sur Martinique 1. Pas langue de bois. 2018 ? « euh… 50% de l’année sans bus ». 2019 ? « euh… 50% de l’année sans bus », ainsi de suite. Mi bab ! Le changement de délégataire nourrit l’espoir qu’il sera enfin tenu compte de la situation des usagers qui n’ont pas 400 euros mensuels à mettre sur une voiture (crédit, assurance, essence, entretien). Mais, les usagers des transports en commun de la zone Cacem devront encore marcher. Lundi, y’aura pas non plus. Aïe ! Mi bab… je l’ai déjà dit.

Qu’est-ce que tu ne comprends pas dans « SERVICE PUBLIC » ?
Démocratie
Nouvelle plénière de la CTM le 31 juillet, avec une intervention salutaire de Fred Lordinot, tirant de leur torpeur de partisans bien obéissants, ceux-qui ne disent mot et qui consentent (« mais tu comprends, le gars parle des békés, il prend la défense des békés, et de Bally, blablabla… »). Lui, fustigeant le déni de démocratie qui consiste à ne pas exécuter une décision dûment votée par une majorité de l’assemblée de Martinique (c’est comme le parlement de la France). Il évoque le dossier Séguineau : 225 000 euros à régler à M. Bally pour faire passer une conduite d’eau sur son terrain. L’affaire est close, puisque les élus ont voté. Eh ben non. Lordinot dit ce qu’aucun des politiques ne dit : il parle de quelque chose qu’on n’entend pas beaucoup ces temps derniers… démocratie. Bravo.
Qu’est-ce que tu ne comprends pas dans « DÉMOCRATIE » ?
Séguineau, ça rime avec eau, mais ça ne coule pas de source.
Chaînes
Seuls 22 maires (réunis pour élire le président de l’association des maires de Martinique) ont voté la motion de soutien au maire Didier Laguerre, enchaîné par des « bousculeurs de maire-déboulonneurs de statue ». Comment est-ce possible ? 22 maires sur 34 ? Y-a-t-il du calcul politicien derrière ce vote ? C’est pas comme si tous les destructeurs de statues votaient. Bon dieu, s’ils votaient…
Gandhi est menacé de destruction ici dans les rues de Foyal, parce qu’il a été raciste… anti-noir. Dans Montray kreyol, la tribune de Khal Torabully (cinéaste et auteur) à lire pour comprendre que la guerre est toujours une promesse de l’intransigeance. Gandhi a été raciste, mais c’était avant, avant la non-violence, avant l’indépendance de l’Inde, avant qu’il devienne l’icône qu’il est devenu, comme le rappelle justement Khal Torabully.
Dans la foulée de cette tribune, le texte de Zaka Toto (revue Zist) qui appelle à lire les livres jusqu’au bout, comme celui que, plus jeune, il lut sur Gandhi.
Il est urgent de ne pas écouter Gide… il ne faut pas bruler les livres...mais les lire jusqu’au bout.
Jeunes
Mot magique, mystérieux aussi : jusqu’à quel âge est-on jeune ? Est-ce qu’on est jeune quand on est né en 1955 ? Est-ce qu’être jeune donne des droits particuliers ? Est-ce qu’on sait mieux l’histoire quand on est jeune qu’un historien qui est moins jeune ? Est-ce qu’on a toujours raison ?
Sur senenews, l’appel à déboulonner de Kemi Séba, avec une bourse panafricaniste de 10 000 euros à la clé pour ceux ou celles qui auraient cassé le plus de statues et d’icônes coloniales… and the winner is ? La réponse devait tomber le 5 août… wait and see.
Sinon, la crise économique est bien là, et les chefs d’entreprise sont aux abois. La France enregistre un recul de 14% de son PIB au 2ème trimestre 2020 !
Une copine pense qu’il y aura beaucoup de drames parmi les chefs d’entreprises en Martinique incapables de faire face. Non pas leur difficulté à se payer eux… mais à payer leurs salariés. Le chef d’entreprise n’est pas l’ogre que trop souvent certains veulent imaginer.
Me revient alors cette discussion avec une personne de mon entourage, qui, salariée du public à la retraite m’assurait qu’elle « aurait eu honte d’être chef d’entreprise ».
Me reviennent aussi les discussions avec ces jeunes brésiliens des favelas de Sao Paulo, qui veulent tous monter leur propre business : dans la mode, dans la production audiovisuelle ou musicale.
Un banquier martiniquais me dit que la situation locale entraîne de nouveaux comportements : les épargnants constituent des bas de laine (euh… des chaussettes de tergal), ils sortent du cash, qui ne se retrouve pas à la banque. Chez eux ? Dans leur coffre ? Sous leur lit ? À voir.
Sinon, ai adoré lire cette citation d’Albert Einstein : « le nationalisme est une maladie infantile. C’est la rougeole de l’humanité. » On peut bien entendu ne pas être d’accord.
Re-sinon, ai adoré relire la citation de Desmond Tutu, président de la Commission vérité et réconciliation en Afrique du Sud, Prix Nobel de la Paix : sans pardon, il n’y a pas d’avenir…
Bonne semaine
BJE (02082020)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.