DIASPORAMIX
A la une Débats Headline Société

#Cette semaine j’ai retenu 41

#Cette semaine j’ai retenu 41

Charnier. La violence n’est pas qu’affaire de bombe terroriste et de fusil. Elle peut être symbolique. Verbale. Et elle produit des effets qui pour n’être heureusement pas aussi forts que les balles, n’en sont pas moins destructeurs dans les têtes, et celles des plus jeunes en particulier. La violence verbale distillée l’air de rien de JT en JT banalise la violence tout court et accrédite l’idée que tout est permis, que rien n’est grave. Attrapé ce mot du nouveau maire de Sainte-Marie dans un reportage consacré à sa victoire sur Martinique 1ère. Charnier…mot chargé. Historiquement. Substantiellement. Et si nous militions pour une éthique politique qui rende inacceptables certains mots ?

Corse. Jean-Guy Talamoni, le leader indépendantiste corse et son partenaire Gilles Siméoni, autonomiste sont heureux. Le premier tour des élections territoriales qui s’est déroulé dimanche 3 décembre les a portés largement en tête. Et l’abstention n’entache pas ce résultat. Avant même le second tour le 10 décembre, ils voient déjà s’ouvrir devant eux 10 ans pour négocier l’autonomie et pourquoi pas un référendum d’autodétermination. Ils demandent à Paris d’ouvrir des discussions.

Nouvelle-Calédonie. Le premier Ministre Edouard Philippe est en Nouvelle-Calédonie. Il prend le temps de bien s’imprégner et de bien discuter avec les protagonistes de ce qui sera l’un des plus grands tests de l’histoire politique moderne de la France : le scrutin d’autodétermination qui aura lieu en novembre 2018 en Nouvelle-Calédonie. Soit 30 ans après les accords de Matignon.

Indépendance. Me reviennent ces mots de Jean-Marie Tjibaou : « l’indépendance, c’est négocier les interdépendances».Ai revu avec émotion le documentaire vibrant de Mehdi Lallaoui, « le Rêve d’indépendance » (sur Médiapart), qui revient sur les événements et le long processus de négociation entre le plan Pisani (1985 et sa proposition d’indépendance –association) et les accords de Nouméa (1998), en passant par les Accords de Matignon (88), sans parler de l’assaut de la grotte d’Ouvea, massacre perpétré dans l’entre-deux tours de la Présidentielle de 88 (21 morts : 2 gendarmes, 19 indépendantistes kanaks) et bien sûr l’assassinat de Jean-Marie Tjibaou, ce 4 mai 1989.

Jean-Marie Tjibaou. Ce moment de découragement de Jean-Marie Tjibaou, après le changement de majorité en France, regrettant que l’Etat ne tienne pas parole. Ses yeux mouillés, mais au-delà, sa foi en un futur pacifique pour le Caillou, alors même que ses deux frères avaient été tués en 1984 par des caldoches qui allaient être acquittés.

 Sacrifice. J.M Tjibaou :« Je porte la revendication de notre peuple, mais je porte aussi le sacrifice… et c’est parfois lourd à porter, parce que les décisions, les positions que l’on prend coûtent la prison, la mort, coûtent les veuves, les gosses qui restent orphelins… » (« Le rêve d’indépendance ». doc. Mehdi Lallaoui- Mémoires Vives/ La sept-Arte. 2000).

Le destin d’un peuple plus grand que celui d’un immense homme politique. Et cette question : combien de grands hommes par génération ?

Le procureur Mueller se rapproche de Trump. Après 3 inculpations en octobre, c’est au tour de Michael Flynn, général 4 étoiles, directeur général de la sécurité militaire sous Obama, d’être inculpé et arrêté dans l’affaire de l’ingérence russe. L’ancien conseiller à la sécurité de Trump a avoué avoir menti au FBI. Si la procédure d’impeachment ne semble pas pouvoir mettre en danger Trump, certains juristes se demandent si le président ne pourrait pas être inculpé pour crime. Chiche ?

Sinon : Miss Jamaïque avec son afro, couronnée deuxième dauphine de la Sud-africaine sacrée Miss Univers et célébrée comme une reine à son retour chez elle. Un exemple pour toute la jeunesse jamaïcaine et pour le monde.

Re- sinon : E. Macron interviewé pendant 50 minutes sur Trace pour une conversation avec la jeunesse africaine (Bravo Trace !). Et cette adresse aux jeunes qui seront 1 milliard en 2050 sur le continent : « L’avenir de la jeunesse africaine réside aussi dans sa capacité à se penser par elle-même pour elle-même sur sa terre ».

Re-re- sinon :

Je serai en signature pour « Sina et le Secret de la Caraïbe », place du théâtre Aimé Césaire les 8 et 9 décembre.

Bonne semaine

Barbara Jean-Élie

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

13 − treize =

Aller à la barre d’outils