DIASPORAMIX
A la une Amériques Débats Headline Politique Société

#Cette semaine j’ai retenu 48

#Cette semaine j’ai retenu 48

La Martinique serait-elle devenue ces dernières années le Chicago des Antilles ?Ok, elle n’est pas encore au stade de Jamaïca, la patrie de Bob Marley mais aussi de Vybz Kartel où 335 meurtres ont été commis en 2017 et où l’état d’urgence a été déclaré en 2018 à Montego Bay, seconde ville du pays, mais on travaille, on travaille. Ça va finir par arriver ! Tout arrive, même la brume de sable et les sargasses !

Chaque weekend alimente la chronique des balles perdues et des règlements de compte. 13 meurtres (dont 11 à arme à feu) depuis le début de l’année à Madinina (chiffres arrêtés le 9 juillet 2019). On a beau interviewer le sociologue de service, (le pauvre, il est tout seul), on est encore loin de cerner les causes d’une telle violence.

Alors, il y a les armes qui circulent comme la poudre de cocaïne, un peu comme on veut selon la demande. Il se dit qu’elles ne seraient pas loin des 35 000 sur notre petit bout de paradis. 35000 ça fait beaucoup ! Et les jolies campagnes quatre par troisées, « dépose les armes » ont beau s’étaler au-delà des périodes initialement prévues (11 février – 31 mars 2019, rallongée à la mi-avril), rien n’y fait, les coups partent et tuent.

En 2018, j’ai lu que 246 armes et 7140 cartouches avaient été récoltées. Euh… pas de quoi faire trembler les agents du mal qui pullulent comme les particules fines de notre chère brume de sable ! Atchoum !

C’est donc peut-être parce que le bilan de la récolte des armes n’est pas terrible qu’on ne sait pas exactement combien la préfecture en a récolté cette année. Le potentiel est énorme : 35 000, c’est chaud !

La préf devrait lancer une campagne #balancetonmeurtrier, histoire d’arrêter peut-être les fous furieux qui se baladent dans la nature.

Il faut dire qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent en fait ces gars : il suffit qu’ils circulent dans une grosse Porshe Cayenne ou en BMW X6 (qui sont presqu’aussi nombreuses que les armes, mais non je blague…)aux vitres super teintées à 150 km/h. Aucune chance qu’ils soient embêtés : les vitres teintées sont permises ici (ah mince !) et les radars sont quasiment tous foutus (ah mince !!). Circulez, y’a rien à voir ?!

On aimerait donc bien comprendre pourquoi notre si jolie île aux fleurs est devenue l’île aux guns ou la drogue et son florissant trafic alimentent les petits règlements de comptes entre amis avec de temps à autre, des victimes collatérales qui n’ont rien à se reprocher.

Un bon petit colloque avec criminologues et sociologues, psy et surtout ministère de la justice et de l’intérieur s’impose pour tenter d’éclairer nos lanternes déboussolées par tant de haine.

Il nous faudrait sans doute aborder les causes objectives et mercantiles qui tiennent à l’évolution de la consommation mondiale des substances illicites, à leur production, à la circulation des armes, mais aussi explorer les raisons plus intimes, plus profondes liées à nos valeurs, à notre identité, à nos désirs, au potentiel intrinsèque de notre société à produire de la pathologie collective (pourquoi y-a-t-il autant de personnes « débiélées » qui déambulent dans Fort-de-France ?), les raisons de notre agressivité de moins en moins refoulée (pa gadé mwen man di w, poutji ou ka gadé mwen konsa ? BDM, ich man bans….), bref…. Pourquoi ?

Pas sûr que ça intéresse beaucoup nos chers politiques de prendre à bras le corps cette question parce qu’une telle grand’messe pourrait avoir l’effet d’une psychothérapie collective qui demanderait de sonder les âmes et les cœurs et de faire le bilan de nos renoncements comme dirait un grand homme. Les autres ne sont pas forcément responsables de ce que nous sommes devenus.

Et que sommes-nous devenus ? « Depuis le début des années 2000, avec la réorientation du trafic de cocaïne en direction de l’Europe, les Antilles françaises sont devenues à la fois une zone de rebond et une zone de stockage de la cocaïne destinée à la France et à l’Europe. » (source martinique.gouv.fr). Ah mince !

Sinon : le monde n’a jamais été aussi armé depuis la Seconde Guerre Mondiale. Et les commerçants d’armes se frottent les mains. Avec Trump à la Maison Blanche, Poutine à Moscou, Indira Modra en Inde, voire Macron à l’Elysée, les ventes d’armes ont progressé de 2,8% en 2018, nous explique le journaliste du monde.fr Jean-Michel Bezat. Le montant total de ce business atteint 1800 milliards de dollars ! A force d’accumuler, un de ces quatre, ça va finir par péter .

Re- Sinon et qui n’a rien à voir : le spectacle Sina et le secret de la Caraïbe sera donné à 19h le samedi 13 juillet au Parc Floral de Fort-de-France dans le cadre du Festival de Fort-de-France.

Bonne semaine.

Barbara Jean-Élie

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 − 5 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.